Pas à côté d'une femme !

Publié le par comite de la jupe



J'avais envie de vous livrer une petite histoire qui m’est arrivée il y a 4, 5 ans au séminaire des Carmes. Un ami séminariste des Carmes m’invite à venir entendre Mgr Teissier à l’occasion de l’inauguration de la cellule du père Christian de Chergé.
C’est la journée inter-séminaire, tous les séminaristes parisiens sont là : Paris, les MEP, Saint Sulpice et les Carmes. Cela fait une belle foule de jeunes et un peu moins jeunes, qui rassemblée est impressionnante… L’ambiance est gaie, c’est la fin de l’année, il fait beau et cela sent les vacances.

Je me dirige vers l’amphi dans lequel se tiendra la conférence de Mgr Teissier, je prends place il n’y a pas grand monde encore. Puis l’amphi se remplit petit à petit… j’ai pris place dans un rang encore vide puisqu’il n’y a pas grand’ monde encore et je suis au bord.
Bizarrement, personne ne semble intéressé par ce rang et le monde afflue maintenant. Je me retourne, dans la salle il y a quelques femmes, au grand maximum une petite dizaine, et je suis de loin la plus jeune. Arrive un moment où il n’y a plus de place nulle part à part sur mon rang  et je vois enfin arriver des voisins !

Cela m’a laissé un drôle de goût dans la bouche, un léger sentiment de malaise… Nous pouvions ensuite assister aux vêpres, je ne me suis pas démontée, y suis allée et me suis sentie encore plus seule. Il y avait bien quelques coup d’œil amicaux, des sourires bienveillants mais ce que j’ai ressenti ce jour là m’a fait froid dans le dos.
Tous ces jeunes allaient devenir nos prêtres de demain, ils sont les prêtres d’aujourd’hui et j’espère que leurs regards se posent à présent différemment sur toutes celles qu’ils côtoient et rencontrent au quotidien. M.M.

 

Publié dans expériences vécues

Commenter cet article

Contre les grandes robes 08/06/2009 14:36

Je n'ai rien contre les jupes, mais j'ai quelque chose contre les grandes robes : "ils portent des grandes robes et se tiennent debout devant tout le monde" (Jésus Christ)

Lulu 13/05/2009 14:15

Bonjour Simon-Pierre; puis-je me permettre d'imaginer qu'avec le choix d'un tel pseudonyme, tu as de fortes et bonnes ambitions ? je le dis très sérieusement. Je te livre mon point de vue sur cet échange : écoute avec attention le témoignage de M.M. Pourquoi ne serait-il pas authentique et à rejeter immédiatement sous la dénomination"obsession" ? Oui, pourquoi ce témoignage ne peut-il être entendu ? et pourquoi le condamner ? n'y a t-il pas ici une situation évangélique ? Bien cordialement. Lulu.

camille 13/05/2009 09:38

Non, nous n'en avons nullement l'impression.
Et c'est une chance de pouvoir enfin en parler même si les prises de conscience sont parfois très longues ou douloureuses.Et puis ouvrir la parole et avoir des points de vue divergents ne signifie pas "voir le mal"! Dieu merci!

Simon-Pierre 13/05/2009 00:17

Vous n'avez pas l'impression de voir le mal (ou la mysoginie) partout ? Ca tourne à l'obsession ...

camille 05/05/2009 20:33

Je ne suis pas étonnée mais très attristée; cela confirme ce que je pense de l'évolution des séminaristes aujourd'hui.
Je trouve que c'est grave car on ne bâtit pas une vocation sur la peur et la méconnaissance.
C'est un retour en arrière évident et cela peut causer des dégâts importants.