Femmes, vous n'êtes pas indignes!

Publié le par comite de la jupe

Raphaël, 12 ans, fait sa profession de foi en 5e, dans une école

catholique. Les responsables de la catéchèse demandent aux parents des

volontaires pour aider pendant la messe: distribution du livret de la

célébration à l'entrée, quête, communion...


Le père de Raphaël se propose pour aider à faire la quête, sa mère

pour distribuer la communion. Quand elle se présente, la femme

responsable du mouvement de communion (notez bien qu'il s'agit d'une

femme) lui demande aussitôt: "Mais où est votre mari?" " A la quête,

c'est moi qui désire distribuer la communion" répond-elle, sans se

démonter. "Bon alors, vous irez au fond, pour qu'on ne vous voie

pas".
Aujourd'hui, en 2009, des femmes s'estiment indignes

d'accomplir ce service liturgique du fait de leur sexe.
Je propose de leur offrir à toutes une adhésion
au comité de la jupe!

Publié dans expériences vécues

Commenter cet article

Bernard Meunier 02/07/2009 11:06

Les femmes près de l'autel? Voici l'avis d’un pape, Grégoire le Grand (pape de 590 à 604), dans sa 25ème Homélie sur l’évangile, où il commente la parole de Jésus ressuscité à Marie (Madeleine): “Ne me touche pas”.

Ces mots montrent que Marie a voulu embrasser les pieds de celui qu’elle a reconnu. Mais le maître lui dit: “Ne me touche pas”. Ce n’est pas qu’après sa résurrection, le Seigneur a refusé d’être touché par des femmes, puisqu’il est écrit des deux femmes qui viennent à son tombeau: “Elles s’approchèrent de lui et lui saisirent les pieds” (Mt 28, 9). (Homélie 25, 5; trad. G. Blanc, Sources Chrétiennes n° 522, p. 117-119).

(La suite explique que “Jésus monte vers son Père dans notre cœur, lorsque nous le croyons égal au Père”; c’est donc la foi, et nul autre critère, qui permet de “toucher le Seigneur”. Donc, femmes, bienvenue près de l'autel, pouvons-nous conclure après Grégoire le Grand)

Sandrine 29/05/2009 22:11

Même expérience que dans le billet : dans un grand lycée catho très très connu de Paris, une messe. le prêtre demande quelqu'un pour faire la première lecture. Une fille s'avance. Le prêtre dit alors : "non, non, je vais la faire moi-même..."
Une théologienne a qui ça a été raconté a dit que les jeunes auraient dû écrire à l'évêque. Ils ne l'ont pas fait. Mais la fille, elle, n'a-t-elle pas eu envie de claquer la porte ?...qui le saura ?

ac 14/05/2009 15:46

"qu'il n'y est pas de femmes prêtres n'est pas une lacune mais simplement la manifestation du fait que ce n'est pas notre rôle, simplement parce que les hommes ont le besoin de s'affirmer et de sentir qu'ils sont utiles, qu'ils agissent et qu'ils sont présents et écoutés, tandis que nous femmes n'avons pas besoin de cette reconnaissance du monde et de l'autre sexe pour avancer," ...????? ah bon ????????
moi, quand je suis chez moi, j'ai besoin de la reconnaissance de mon mari et des miens pour avancer ... et au travail aussi, et dans l'Eglise aussi, et même tout simplement dans la rue, en faisant mes courses, où je me trouve : j'avoue,j'ai besoin du regard de l'autre,et de trouver que j'y existe ... j'ai besoin de reconnaissance, et par le monde de surcroit ! ...et je crois que tout être humain a ce besoin, quelque soit son sexe ...
votre mail pourrait ouvrir une très très longue discussion, mais il me semble qu'on peut résumer en une idée toute simple : définir des "caractéristiques(ou vertus) naturelles" propres à un sexe, un peuple, une couleur de peau et en arguer pour justifier son cantonnement à tel rôle ou son exclusion de tel autre me semble un pente très savonneuse ...l'humanité y a déjà beaucoup glissé.
Puisque vous nous recommandez une lecture, je vais moi aussi en recommander une autre : "lettre d'une amoureuse à l'adresse du pape" de Jacqueline Kelen (2007) ... vous verrez, elle ne milite pas du tout pour l'ordination des femmes(cependant pour de toutes autres raisons que les vôtres, mais prêche ardemment pour que leur voix soit enfin entendue, et surtout que leur présence spirituelle puisse rayonner .... à lire d'urgence par celles que MUlieris Dignitatem a fait un peu tiquer !
cordialement !

comite de la jupe 14/05/2009 17:45


Pour trouver le titre "Lettre d'une amoureuse à l'adresse du pape", publié aux éditions de La Table Ronde, cliquez ici Merci de nous avoir indiqué cette
lecture.
L'ouvrage est aussi téléchargeable en ligne chez Numilog.


Is 12/05/2009 00:43

Mes chères demoiselles, dames, soeurs dans la foi du Christ,
Ne vous trompez pas sur votre statut au sein de l' Eglise!! vous y avez la vôtre comme dans une grande famille, et personne ne saurait la remettre en question...
Je partage avec vous ma propre experience.
Comme vous je me suis longtemps révoltée contre la religion catholique parce que je trouvais que moi en tant que fille je n'etais pas reconnue comme acteur de l'église, ne pouvant ni dire la Messe, ni donner la Communion par exemple. J'avais le sentiment d'être victime d'un machisme
archaïque et dépassé.. Mais aujourd'hui, j' ai compris et je sais que ce n'est tout simplement pas notre rôle, que notre vocation est autre et aussi importante, ce n'est non plus pas un rôle de consolation du genre "allez je me dis ca pour me donner contenance et pour donner une excuse qui me dédommage la conscience"..
Il faut être honnête: il est utopique de dire que l'homme et la femme sont identiques, ce que le physique traduit est evidemment une différence spirituelle. Dire que l'un est superieur à l'autre , c'est là que réside l'excès: nous sommes des êtres différents et complémentaires, et lorsque nous nous aimons nous sommes alors dans une harmonie si belle et si forte qu'elle manifeste l'amour de Dieu. ainsi le Cantique des Cantiques, livre de l'ancien testament, est un livre qui manifeste l'amour de Dieu au plus au point, et qui prends pour cela la forme de l'amour entre un homme et une femme (première phrase: "Je couvrirais ta bouche de baisers") c'est parce que la femme et l'homme sont faits pour vivre l'un avec l'autre dans un lien de tendresse, de respect et d'estime et non de domination l'un sur l'autre, ce qui est alors loin de l'idéal d'amour du Christ.L' Eglise qui représente Dieu sur terre est au plus près de cette image , qu'il n'y est pas de femmes prêtres n'est pas une lacune mais simplement la manifestation du fait que ce n'est pas notre rôle, simplement parce que les hommes ont le besoin de s'affirmer et de sentir qu'ils sont utiles, qu'ils agissent et qu'ils sont présents et écoutés, tandis que nous femmes n'avons pas besoin de cette reconnaissance du monde et de l'autre sexe pour avancer, agir pour Dieu et le rencontrer dans le secret de notre coeur.
Le fait en fait que nous ne pouvons être prêtres même si au baptême nous disons bien pour une fille comme pour un garcon: soit prêtre maintenant dans l'Eglise prouve juste que nous n'avons pas besoin de cette justification de notre foi aux yeux du monde pour être actives, et pourtant nous le sommes sacrément! Il suffit de voir le nombre de Saintes merveilleuses que nous avons, de savoir que Sainte thérèse n'a pas attendu d'être un homme pour être docteur de l'Eglise avec sa compréhension lumineuse des mystères de la Foi, que l' annonce de la Miséricorde Divine pour notre siècle a été faite par Ste Faustine, que Soeur Lucie (l'une des trois enfants de l'apparition de Fatima) n'a cessé de conseiller et d'avertir le Pape, mais enfin que l'être humain qui a été le plus glorifié et élevé au dessus de tous les autres est encore un femme, la Vierge Marie, au point d'être appelée Mère de Dieu!!!

Enfin, si tout ceci ne vous a pas parlé, le vous recomande de lire La Dignité de La Femme, livre qu'a tout de même écrit Jean Paul II, le Chef de l' Eglise (j'en peux plus de toutes ces majuscules)..
J'espère vous avoir aidée car je suis tout à fait consciente de la peine ou de la souffrance que vous pouvez ressentir à vous trouver délaissées de l' édifice de Dieu sur terre, l' Eglise...
Et que l'Esprit Saint soit avec vous!