Des femmes prêtres ?

Publié le par comite de la jupe

Depuis qu’il nous arrive de répondre à des journalistes, Anne et moi sommes souvent sollicitées sur la question des prêtres qui pourraient être des femmes.

Il est vrai que l’action de la Jupe ne vise pas directement cet objectif, cependant, il est bon de répondre, au moins un peu.

D’abord, une réponse rapide que je nommerai jurisprudence Gamaliel.

Souvenez-vous, le pharisien Gamaliel « sauve la mise » des apôtres devant le Sanhédrin, dans les tout premiers temps de la prédication de l’Évangile, à Jérusalem. Alors que le conseil est près de les condamner, il se lève et dit : « Si leur propos ou leur œuvre vient des hommes, elle se détruira d’elle-même ; mais si vraiment elle vient de Dieu, vous n’arriverez pas à les détruire » Actes 5, 38-39.

De la même façon, nous disons que si les arguments qui sont opposés aux femmes pour réserver les ministères ordonnés aux hommes, viennent de Dieu, alors, ils tiendront. S’ils viennent des hommes, ils tomberont d’eux-mêmes.

Pour autant, la certitude que j’ai qu’ils tomberont d’eux-mêmes ne nous dispense pas de réfléchir un peu à la question.

L’argument de la masculinité du Christ m’a toujours semblé difficile à tenir. Pourquoi faudrait-il, pour être en figure du Christ, « in persona Christi » être de sexe masculin. Pourquoi confisquer l’universalité du Christ au profit d’un seul sexe au risque de rendre la « figure » hémiplégique ?

L’argument que c’est un choix que le Christ lui-même a fait, a toujours beaucoup plus retenu mon attention. En effet, pourquoi le Christ, qui de façon indiscutable ne montre pas la moindre trace de misogynie, au contraire, il est à l’aise avec les femmes, il n’est qu’à le voir avec la Samaritaine, avec Marthe et Marie, avec Marie-Madeleine ne choisit-il aucune femme parmi les douze ?

Intention symbolique ou soumission au modèle culturel ?

J’avoue que je ne voyais pas bien ce maître, si libre, s’incliner sur un point si crucial devant les us du temps.

Alors si le choix est symbolique, de quoi est-il symbolique ? Est-il nécessaire, impératif, de le respecter aujourd’hui ?

La lecture de l’excellent ouvrage de Maurice Vidal, Cette Église que je cherche à comprendre, aux Éditions de l’Atelier link m’a ouvert une voie de compréhension.

Maurice Vidal rappelle une chose que je savais, mais sa façon de le dire, et sans doute ma façon de le lire ont opéré comme une révélation. En effet, le choix de Jésus de douze hommes juifs est tout sauf un effet du hasard. Jésus-Christ est le Messie qui accomplit la promesse et qui va rassembler Israël. Aussi choisit-il pour symboliser ce nouvel Israël douze hommes juifs, qui figurent les douze fils de Jacob et donc les douze tribus d’Israël. L’intention du Christ est bien et de renouveler et d’accomplir l’Alliance dans la continuité de l’histoire sainte d’Israël. Du passé, le Christ ne fait pas table rase, au contraire, il fonde en enracinant.

Très bien voilà qui justifie ô combien le choix initial et fortement symbolique des douze hommes juifs.

Mais ensuite, les premières communautés chrétiennes, et Paul à leur tête ont bien compris que la nouvelle Alliance conclue dans le sang du Christ avait une vocation universelle et qu’en Christ, Dieu ne rassemblait pas seulement la maison d’Israël, les fils de Jacob, mais l’humanité tout entière. Vision grandiose à laquelle l’assemblée de Jérusalem, et Pierre à sa tête, souscrit pleinement. Et Paul pourra avoir ces mots sublimes : « Il n’y a ni Juif ni Grec, il n’y a ni esclave ni homme libre, il n’y a ni homme ni femme ; car tous vous ne faites qu’un dans le Christ Jésus ».

Et de fait, l’Église pour donner une succession aux apôtres ne s’embarrassera pas de choisir douze hommes juifs. Bien vite, elle en choisira plus de douze, parce que la moisson est abondante et qu’il faut des bras, et elle ne considérera pas comme déterminant de les choisir juifs. Alors pourquoi pendant deux mille ans les choisit-elle hommes ? Par convention, par habitude, parce que ça ne venait à l’idée de personne que les femmes puissent être capables et dignes (que les curieux et curieuses lisent les propos de saint Thomas d’Aquin sur la faiblesse des femmes).

Qui aujourd’hui oserait prétendre que les femmes ne sont pas dignes ou capables ? Certainement pas notre frère cardinal archevêque de Paris, André Vingt-Trois, qui s’en est expliqué. Alors, que reste-t-il ? Le fameux symbole des douze fils de Jacob figurant les douze tribus, si puissant pour les contemporains du Christ nous parle-t-il ? Non. Il ne reste que des arguments oiseux sur la « nature » des hommes et des femmes sur la fameuse égale dignité dans la différence qui me font toujours penser à cette réplique de Coluche, « et certains seront plus égaux que d’autres ! »… par nature !

Allez, je ne suis pas une pétroleuse, je suis patiente le fruit tombera quand il sera mûr. Mais de temps en temps, secouons l’arbre.

  Christine Pedotti 

 

Publié dans réflexions diverses

Commenter cet article

Fabienne Roger 08/07/2009 21:51

Christine06 nous cite trois femmes dont deux docteurs de l'Eglise ayant vécu à une époque où la question de l'ordination des femmes aurait été tellement en décalage avec la société qu'elle ne se posait même pas. Je pense à une autre femme, elle aussi docteur de l'Eglise, qui sentait en elle de multiples vocations dont celle de prêtre : Sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus. Peut-être est-ce prophétique !

polygalla 08/07/2009 19:41

Marie-Madeleine était là, à la sortie du tombeau ! Les femmes ont été proches de Jésus Comme il a été proche d'elles.

Pour plus d'informations sur ces questions, permettez-moi de vous indiquer les livres d'Annick de Souzenelle. Elle a écrit de nombreux ouvrages parmi lesquels: "Le féminin de l'être" qui amène à des réflexions sur ce qu'est Le Masculin et LE Féminin en profondeur, ainsi que ce qu'elle a écrit sur Genèse 1 et 2.
A signaler le tout récent numéro de "Nouvelles clés" dans lequel vous trouverez l'article "La grande colère" de Coline Serreau qui permet d'enrichir notre réflexion sur ce sujet.
http://www.nouvellescles.com/, en vente en kiosque.
En route ! Humains, nous avons encore du chemin à faire !

christine06 21/06/2009 11:44

Est-ce seulement l'histoire qui ne met pas les femmes en situation d'initiative?
De tout temps des femmes ont pris des initiatives, et non des moindres, tant au point de vue politique que scientifique et de la religion, catholique entre autre. Mais toutes en ont-elles l'envie et la nécessité?
Que nous dit la psychologie, de l'homme et de la femme?Qu'ils sont égaux?En droit, certainement.Mais pour le reste? Pourquoi seraient-ils différents physiquement, sans l'être dans la pensée et par la suite dans leurs actes?
Oh!bien sûr certaines femmes ont des capacités d'initiatives hors du commun, et réussissent autant que ces messieurs, parfois mieux, pourquoi pas.
Mais pour autant, faut-il leur proposer l'ordination? Sainte Thérèse D'Avilla, sainte Catherine de Sienne, Mère Thérésa, l'auraient-elles acceptée? Saint François d'Assise, lui, ne l'a jamais voulue...
E
t puis j'y vois aussi un clin d'oeil de Dieu, qui comme chacun sait ne manque pas d'humour, pas plus que d'amour.
Il a donné à la femme la possibilité d'abriter la Vie, par la maternité, de se mettre à son service, aussi. Et l'homme dans tout ça, il a dû attendre le Christ et l'institution de l'Eucharistie pour avoir cette possibilité de donner la vie par ses mains, mais cela s'accompagne du service à ses frères...
N'est-ce pas là ,en filigrane, la reconnaissance des qualités dites féminines?
Et Dieu, dans tout ça: c'est un père avec un coeur de mère, et ce n'estpas moi qui le dit. C'est quelque part dans la Bible.

anne soupa 21/06/2009 10:22

Le Christ a fait le choix de l'incarnation, c'est-à-dire qu'il est un être humain selon les lois humaines. Il n'est pas né monstre aux deux sexes; Il n'est pas non plus né femme car la culture du temps ne mettait pas la femme en situation d'initiative compatible avec sa mission.
Femmes et hommes peuvent tout à fait avoir leurs charismes propres (sans être attribuables en bloc à tous les hommes ou à toutes les femmes), à l'intérieur d'une égalité de droits. Dans notre monde moderne, on ne comprend plus la ségrégation par la différence de droits. c'est peut-être dommage, mais c'est ainsi.
Le seul vrai frein à l'ordination des femmes, à mon sens,est la réticence des catholiques.
Avez-vous lu le dernier sondage de La croix : La moitié des catholiques pratiquants est favorable à l'ordination des femmes. Ce pourcentage a beaucoup monté ces denrières années. Patience.... Anne

christine 06 21/06/2009 03:17

Pourquoi le Christ est-il né homme?
Si l'homme et la femme sont égaux sont-ils cependant semblables?N'ont-ils pas des caractéristiques différentes, induites par leur sexe?
Je me pose ces questions avant de poser un jugement sur l'ordination de femmes.
Qu'en pensez-vous?