Attention, Journée de la femme, samedi 7 mars

Publié le par les deux soeurs



Qu'est-ce qu'une femme catholique peut bien fêter lors de la "Journée de la femme"? Je propose à toutes de s'en expliquer sur ce blog : pour ce qui me concerne, j'ai deux convictions :

La première est que la main mise masculine est tellement évidente qu'elle n'est plus à démontrer. Elle est à combattre. Tentant de se mettre la tête sous l'oreiller, de faire sa petite affaire avec le Seigneur sans vouloir voir. Aujourd'hui, c'est l'Evangile qui  est pris dans une terre sèche, trop masculine, où il ne peut s'épanouir. A nous de le "déconfisquer".

La seconde est que nous ne pourrons rien si nous restons isolées. Tentant de s'en sortir par ses mérites personnels, ses compétences, son petit milieu où l'on est respecté comme femme... Et rien ne bougera, sinon dans "les siècles des siècles". Si nous voulons que nos filles ou celles qui nous sont chères, si ce ne sont pas nos filles)  soient encore catholiques demain, Il est urgent d'agir ensemble. 

                                                                                           Anne Soupa


Surveillez ce qui se dit sur les femmes cette semaine. Il pourrait y avoir des surprises... Et si vous pouvez faire parler de la cause des femmes catholiques dans les médias et autour de vous, faites marcher tout votre entregent et toute votre capacité à convaincre! Et faites-le nous savoir.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

martine 06/03/2009 14:40

Mgr André Vingt-trois sacré «macho de l'année»
Laure Daussy (lefigaro.fr)
06/03/2009

EXCLUSIF - A l'occasion de la journée des femmes, les Chiennes de garde ont couronné le cardinal et archevêque de Paris, pour cette déclaration : «Le plus difficile, c'est d'avoir des femmes qui soient formées. Le tout n'est pas d'avoir une jupe, c'est d'avoir quelque chose dans la tête.»

«Vadre retro Cardinal». «23, V'la les machos». C'est sous ces bannières que le groupe de féministe les Chiennes de garde «félicitent» ce vendredi le cardinal archevêque de Paris. Elles l'ont élu «macho de l'année», à l'occasion de la journée des femmes qui aura lieu dimanche, parmi une liste de déclarations «sexistes» répertoriées toute l'année. Ce prix est une première, pour «fêter» les dix ans d'existence de l'association.

Le cardinal est couronné pour sa fameuse phrase, prononcée alors qu'il était interviewé, en novembre dernier sur radio Notre Dame , sur le rôle des femmes dans la célébration des offices : «Le plus difficile, c'est d'avoir des femmes qui soient formées. Le tout n'est pas d'avoir une jupe, c'est d'avoir quelque chose dans la tête.» Une déclaration qui avait déjà fait polémique au sein de la communauté chrétienne. Des femmes avaient constitué un «comité de la jupe» pour protester et avaient porté plainte devant le tribunal de l'Officialité -un juge unique nommé par l'archevêque - qui juge les affaires de l'Eglise en s'appuyant sur le droit canonique

jfsadys 06/03/2009 10:50

Pourquoi aucun commentaire ni d'hommes ni de femmes ?